Électricité : Chauffage
Électricité : Chauffage
Inscrivez vous ou connectez vous

Électricité : Chauffage

 

• L’énergie électrique.

• Les 4 grandes familles d'émetteurs électriques.

• Les émetteurs électriques à proscrire.

• La sécurité électrique.

• Les risques électriques.

• Les risques sur la santé (rayonnement électrique 50 hertz).

• Avantages du chauffage électrique.

• Inconvénients du chauffage électrique.

• Le prix du KWh électrique.

• Le prix du KWh électrique comparé.

• Les risques de l'usage de l'électricité (chauffage tout électrique).

• Articles liés au sujet de l'électricité.

 
Tout ce que vous devez savoir sur le chauffage électrique, les émetteurs électriques muraux qui existent en quatre grandes familles. Le prix du KWh électrique, l'une des énergies les plus chères et peu confortable, les prochaines hausses programmées de l'électricité, les règles de sécurité pour la fée électricité qui occasionne chaque année des sinistres pour les non professionnels et pour les distraits. Ce système de chauffage exige une très bonne isolation et ventilation et le choix d'appareils de qualité avec une gestion fine des heures creuses et heures pleines EDF. Il faut également intégrer dans votre devis de chauffage électrique l' investissement obligatoire pour les coûts de raccordement au réseau électrique. (Voir article en bas de page : « le prix des contrôles »).  Énergie nucléaire : Le consommateur financera la modernisation du parc nucléaire devenu vétuste.
L'électricité  Le chauffage électrique : pourquoi est-il peu intéressant ?
Les capacités de production sont dimensionnées en fonction de la demande liée au chauffage électrique, un inconvénient majeur. La pointe dimensionne le nombre de centrales, les infrastructures et les réseaux à construire. Depuis les années 1970, le nombre de logements utilisant le chauffage électrique a été en constante augmentation car EDF a dépensé beaucoup de budget en publicité pour développer ce type d'énergie. Dans les années 1980, la part du chauffage électrique pour les constructions neuves était de 70 %, dans la décennie 1990 environ 50 % puis dans les années 2000, après le lancement de Vivrelec pour le logement neuf, le chauffage électrique représentait 70 % de l'énergie en france, soit 35 % % du parc (environ 9.5 millions de logements se chauffent à l'électricité). Lorsque les températures sont normales, les 58 réacteurs nucléaires et l'hydraulique répondent à la demande mais en période hivernale le chauffage électrique demande à lui seul 40 % de la production totale et génère des pics de consommation 30% plus élevé qu'il y a 30 ans. ( Source RTE pic maximum 75000 MWh - Mégawatt-heure- atteint en 2000 pour 100000 MWh atteint en février 2012).
L'hiver, en France, la perte d'un degré de température augmente la puissance appelée de 2300 MWh (La puissance de 2 réacteurs nucléaires) A la différence d'autres pays Européens comme l'Italie dont la puissance appelée n'est que de 300 MWh et en Allemagne seulement de 500 MWh. La demande Française est en constante augmentation, par exemple pendant l'hiver 2009 : 34000 MWh, l'hiver 2011 40000 MWh. Pour répondre aux besoins, toutes les capacités de production sont sollicitées à leur limite (centrales nucléaires, barrages hydrauliques, centrales thermiques au gaz, au fioul, au charbon). L'importation de l'électricité est aussi assurée depuis l'Allemagne.
L'électricité  Le coût du chauffage électrique : une tarification injuste
Le mégawatt-heure d'électricité toutes énergies confondues coûte environ 50 € normalement mais coûte 3000 € en période de pics de consommation. Ce surcoût est principalement provoqué par l'usage abusif du chauffage électrique équipant, rappelons le, 35% du parc énergétique Français mais réparti sur les factures de l'ensemble des usagers. Un mode de calcul particulièrement injuste qui augmente le coût d'exploitation des foyers n'utilisant l'électricité que pour les usages normaux (éclairage, électroménager, etc).
L'absence de critère objectif de différenciation rend les tarifs bleus illégaux d'après un arrêt du conseil d'état. (Voir article)
 
L'électricité est surfacturée aux ménages qui n'utilisent pas le chauffage électrique et sous facturée aux utilisateurs du chauffage électrique. Lorsque l'on étudie une facture EDF, dont la part du réseau est aussi incluse une injustice est criante : le logement équipé d'un compteur de 6 Kva (sans chauffage électrique) règle environ un abonnement de 46 € mais le logement équipé d'un chauffage électrique d'une puissance de 9 Kva avec heures creuses/heures pleines est facturé...21 €. Une tarification injuste inversement proportionnelle aux dépenses réelles dont les consommateurs dans leur totalité sont surtaxés au profit du chauffage électrique. 
L'électricité  L’énergie électrique.
L'énergie électrique ne se stocke pas à la différence des autres énergies comme le bois, le gaz ou le pétrole. La production doit être proportionnelle à la consommation à tout moment et toute l'année. La consommation électrique est très irrégulière et connait des pics de consommation en début de soirée à 19 heures (retour au domicile et éclairage). L'été, la mise en route des climatiseurs crée également un pic. Ces pics s'observent partout en Europe mais restent modestes car les autres pays européens n'ont pas développé une politique du tout nucléaire qui a favorisé le chauffage électrique. Plus le froid est intense et plus la puissance demandée est importante et si la production ne peut assurer l'alimentation du chauffage électrique et des usages, la panne totale tant redoutée est possible.
L'électricité  La hausse prévisible du coût du chauffage électrique
Cette hausse est programmée avec le TURPE (Tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité). Le TURPE, représente 45 % du montant des factures, il est prélevé dans la partie abonnement et consommation. La CRE (Commission de régulation de l'énergie) va y intégrer une variable de saisonnalité (Dénommée saison) en sur-facturant les pointes de consommation. Les logements qui sont chauffés avec un chauffage électrique ont tout intérêt à se passer de ce moyen de chauffage car dès 2015, les tarifs devront intégrer les coûts réels engendrés par les surcapacités de production et de réseau indispensables pour assurer le fonctionnement du très coûteux chauffage électrique. Une fiscalité incitative devrait accompagner ce changement salutaire afin que propriétaires et bailleurs isolent et changent de mode de chauffage et pourquoi pas avec l'instauration d'un bonus-malus pour une rénovation de logements efficaces.
L'électricité  Les différents chauffages électriques

Le confort idéal pour un chauffage, c’est pénétrer dans un logement chauffé en ayant une sensation de bien-être sans avoir une idée précise de la source de chaleur. Le confort dépend de paramètres quantifiables et mesurables. Le confort physiologique est atteint :
 lorsque la quantité de chaleur reçue par l’homme est équivalente à la quantité de chaleur évacuée vers l’extérieur
 lorsque la qualité d'air intérieure est bonne (exempte de poussières et de moisissures)
 lorsque le niveau sonore est acceptable et ne perturbe pas l'utilisateur dans son activité ou dans son sommeil.
 lorsque le système de chauffage n'émet pas de polluants (émission de gaz ou de fumées),
 Lorsque le système de chauffage n'émet pas de rayonnements (rayonnements basse fréquence 50 hertz)

Cette chaleur sera restituée idéalement suivant trois modes de transfert de chaleur : la convection, le rayonnement et la conduction. Dans une installation de chauffage électrique, en règle générale, il n’y a pas de chaudière, chaque pièce est équipée par un appareil indépendant. La chaleur est produite par des émetteurs qui transmettent la chaleur par convection et/ou par rayonnement à la manière des radiateurs utilisés en chauffage central. Les émetteurs de chaleur électriques intègrent à la fois la production, l’émission de chaleur et la régulation. Ceci leur permet de prendre en compte de façon localisée les apports éventuels de chaleur (exemple baie ensoleillée).Il existe une grande variété d’émetteurs de chaleur électriques.

 

L'électricité  Les 4 grandes familles d'émetteurs électriques.

Tout ce que vous devez savoir sur le chauffage électrique, les émetteurs électriques muraux existent en 4 grandes familles :

Principe de fonctionnement  Les convecteurs :
convecteur_electrique_mural.jpg

Convecteur mural : Avantage = très économique à l'achat. Inconvénient = très coûteux à l'usage et carbonisation des poussières entrainant une odeur caractéristique.

Les convecteurs électriques représentent l’investissement en chauffage le plus faible (98 € à 150 € TTC par émetteur pose incluse (1), mais sont aussi les plus coûteux en énergie. Les convecteurs chauffent par convection : l’air froid entre par le bas de l’appareil, puis est réchauffé en passant sur une résistance électrique et ressort par une grille frontale en haut de l’appareil. Ils chauffent surtout l’air de la pièce. Les convecteurs chauffent l’air et réagissent très rapidement à la demande de chauffage, cependant, si la mise en température est rapide, la sensation d'inconfort après l'arrêt du convecteur est immédiate. L'air chaud réchauffé monte vite (phénomène de convection) et provoque une stratification et une sensation de chaud-froid, de vents coulis ou de courant d’air, raison pour lesquelles ces émetteurs sont déconseillés pour les pièces de grande hauteur sous plafond (mezzanine, balcon intérieur, etc.). Les convecteurs procurent un niveau de confort faible, notamment du fait du dessèchement de l’air et de carbonisation des poussières. En matière de confort et de santé, ce type de matériel électrique est à proscrire :

 pour les personnes souffrant de problèmes respiratoires (allergies, asthme...) 
 en raison de la modification de l’hygrométrie ambiante et des mouvements d’air (porteur de poussières).
 pour le rayonnement basse fréquence que tout appareil émet (surtout dans les chambres où l'on passe pratiquement 1/3 de sa vie).
 

 Principe du chauffage électrique : la convection.Doc Acqualys        

Schéma ci-dessus : Principe de la convection, l'écart de température est de 4.5° entre le sol et le plafond, une source d'inconfort. (Schéma ACQUALYS).

 
Principe de fonctionnement  Les panneaux rayonnants ou radiants :

panneau_rayonnant_electrique_mural.jpg

Les panneaux rayonnants procurent un niveau de confort supérieur aux convecteurs, car une partie de l’émission de chaleur (30 % en moyenne) se fait par rayonnement comme pour le soleil ou devant un feu de bois dans la cheminée.Leurs prix sont supérieurs à de simples convecteurs ((de 180 € pour un modèle de salle de bain à 1200 € pour les modèles les plus performants).) Ils renferment une plaque chauffée par une résistance qui permet au radiateur de diffuser sa chaleur aux corps, objets et parois, qui réchauffent à leur tour l’air ambiant. Pour une répartition homogène de la chaleur, il faut prévoir un panneau rayonnant pour une pièce de 15 à 20 m. Les surfaces plus importantes nécessiteront plusieurs appareils, réglés sur la même température.

schema_principe_de_base_rayonnant.jpg

Schéma ci-dessus : principe du rayonnement. Un panneau électrique rayonnant limite en partie la différence entre le sol et le plafond.(Schéma ACQUALYS).

 

 Principe de fonctionnement  Les radiateurs à chaleur douce :

Radiateur électrique chaleur douce

Photo ci-dessus : radiateur en fonte d'aluminium.

Les radiateurs à chaleur douce : en fonte d’aluminium ou matériau inerte, une résistance noyée dans un matériau réfractaire ou un fluide caloporteur permet de cumuler les 3 modes de chauffage :

 rayonnement
 convection
 semi-accumulation avec restitution différée de la chaleur.

Les inconvénients de ces radiateurs sont :
-Le prix élevé (de 300 € (1) pour les petits modèles à 1200 € (1) pour les modèles de salon).
-Le coût de l'énergie/amortissement et la prochaine augmentation du tarif de l'électricité rendant ce moyen de chauffage prohibitif.

Principe de l'inertie

Schéma ci-dessus : un radiateur à inertie se rapproche du confort d'un radiateur classique à eau chaude, seul inconvénient : le coût de l'énergie. (Schéma ACQUALYS).

 

Principe de fonctionnement  Les radiateurs à accumulation :

Radiateur électrique bain d'huile

Photo ci-dessus : Radiateur mobile à bain d'huile.

 

Des résistances chauffent un noyau réfractaire (constitué d'huile, de fluide caloporteur ou de briques ce qui explique les dimensions et le poids d'un radiateur à accumulation : plus de 100 kg). Cette masse réfractaire stocke la chaleur nécessaire produite pendant les Heures Creuses et la restitue aux heures de chauffe qui sont habituellement des Heures pleines. Les émetteurs à accumulation restituent la chaleur par rayonnement.

Principe de fonctionnement  Les planchers chauffants électriques :

Faisant appel à la basse température , pour un chauffage par le sol ou pour le plafond, le système s’adapte à des hauteurs sous plafond comprises entre 2 m 40 et 6m avec une homogénéité des températures correcte. Leurs prix sont supérieurs à de simples convecteurs (pour une maison neuve 1000 € TTC pour des convecteurs bas de gamme et 6000 € TTC pour un plancher électrique.Un plancher rayonnant électrique est constitué de câbles électriques chauffants,il existe 2 techniques :
Le chauffage direct basse température (PRE) : le câble assure la quasi-totalité du chauffage de la pièce et est régulé par un thermostat d’ambiance qui active le chauffage selon les besoins : le plancher est un radiateur couvrant l'ensemble de la surface habitable. La température de surface est de 28 °C maximum.

- Le chauffage à accumulation : : le câble assure une base de chauffage en accumulant la chaleur nécessaire en Heures Creuses, puis un appoint direct est nécessaire. Ils sont plus particulièrement adaptés aux habitations situées dans des zones géographiques aux hivers rigoureux. La chaleur accumulée la nuit (heures creuses) est restituée pendant la journée. Ce type de chauffage nécessite cependant un appoint par convecteurs ou panneaux radiants.

Principe de fonctionnement  Les plafonds chauffants électriques :

Un plafond rayonnant électrique se compose d’un film chauffant collé sur un panneau isolant thermique, qui diffuse une chaleur type rayonnement solaire. La pose de moquette ou de parquet flottant est incompatible avec les planchers chauffants électriques (trop de résistance au passage de la chaleur). Le niveau de confort se rapproche du confort procuré par un plancher chauffant, l'investissement est plus élevé (environ 60 € et 75 € le m) (1). 

Un plafond rayonnant électrique 

 

Attention !  Les 3 émetteurs électriques à proscrire :

A éviter Les planchers chauffants à liquide frigorigène.

Les planchers dans lesquels un fluide frigorigène circule directement dans les tuyauteries pour assurer un rafraîchissement. Ce sont les systèmes appelés à détente directe, qui sont souvent installés, car moins onéreux à mettre en œuvre et moins cher en prix de matière première (dimensionnement des tuyauteries plus faibles que pour un plancher chauffant à eau chaude). Ce type de plancher Pompe à chaleur détente directe ne permet pas de changement de système de chauffage et constitue une émission importante de polluant du fait de la forte consommation de liquide frigorigène, gaz à effet de serre notoire lorsqu’il est libéré dans l’environnement. Ce type de procédé sera supprimé à très court terme par des directives de la commission européenne. Quelques entreprises proposent des planchers chauffants à faible inertie. C’est un inconvénient, car l'inertie offre un avantage thermique indéniable dans la rénovation en assurant des changements de températures très lents favorables au coût et au confort domestique.

A éviter  Les planchers chauffants électriques :

Il s’agit d’un plancher dans lequel sont incorporés des circuits de résistances électriques, son prix d’installation est relativement élevé ainsi que son coût d’exploitation. Des résistances électriques sont noyées dans le béton lors du coulage de la dalle, ce procédé est déconseillé pour 4 raisons même si le coût d'investissement est faible (poste électricité environ 6500 € pour une maison de 95 m2). Ce système n'est pas évolutif car il n'est pas possible de changer d'énergie, la durée de vie des résistances est limitée à quelques années, la restitution de l'énergie électrique à effet joule où l'on transforme une énergie en chaleur pour la transformer en électricité pour la transformer à nouveau pour lui faire émettre de la chaleur est un non-sens d'un point de vue du rendement global. La dernière raison, tient à la santé : lorsqu'un usager est situé sur un plancher électrique en fonctionnement (ou sous un plafond ou mur rayonnant électrique), il reçoit le même rayonnement basse fréquence que s'il était sous une ligne à haute tension de 400000 volts. Le rayonnement 50 hertz influe négativement sur les amalgames dentaires et sur les viscères. Ce type de rayonnements basse fréquence 50 hertz que nos sociétés sont en train de créer (Portables, radio-fréquences, satellites, etc.) restent insidieux car invisibles, ils  constituent la base des futures pathologies de demain .

Un ouvrage regroupe 180 références scientifiques sur les hyper fréquence. Il intéresse à la fois les utilisateurs exposés en  champ proche" et les populations exposées en "champ lointains". Editions Marco Pietteur Roger Santini.

 
Plancher chauffant électrique
Données
Caractéristiques
Inconvénients
Plancher chauffant électrique
Résistances électriques noyées dans le béton
Impacts* sur la santé des occupants dus à la circulation de courant électrique sur des boucles de grandes dimensions qui émettent un champ magnétique à basse fréquence 50 Hz.
Durabilité
Durée de vie des résistances estimée à 20 ans
Fiabilité
Sensibilité aux aléas climatiques  (foudre)
Coût d’exploitation
L’électricité est l’énergie la plus coûteuse pour le chauffage. (effet joule).
Réversibilité
Ce type d’émetteur ne permet pas de changer d'énergie comme un système à eau chaude (intégration au bâti).
Environnement
 
Impact
L’électricité est l’énergie la plus coûteuse pour l’environnement. (Emission de gaz à effet de serre).
Impact
L’électricité d’origine nucléaire est une énergie polluante pour l’environnement. (Emission de déchets ultimes radioactifs).
 
 

* Impacts sur la santé des occupants dus à la circulation de courant électrique sur des boucles de grandes dimensions qui émettent un champ magnétique à basse fréquence 50 Hz particulièrement préjudiciable pour la vie et mesurable sur le corps humain. Une polémique s'est installée sur la nocivité du rayonnement émis par nos ampoules à basse consommation à faible distance, que dire des valeurs mesurées sur les planchers chauffants électriques qui émettent des valeurs 10000 fois supérieures au rayonnement limite admissible. De 1 à 5 µT à 0.30 centimètre du sol correspondant au champ magnétique mesuré sous une ligne à haute tension de 400000 volts à 1.50 mètre du sol. De nombreuses études recommandent des valeurs inférieures à 0.2 µT pour ce domaine de fréquence. Sources TCO et Conseil américaine de Protection contre les radiations. Dans le doute : Il est préférable d’appliquer le principe de précaution en l’absence d’études sur les effets engendrés sur la santé par le rayonnement émis par ce type d’installation. Raison pour laquelle il faut bannir de votre devis de chauffage électrique ce type de procédé.

 
L'électricité Sources : quelques pistes intéressantes
Un ouvrage regroupe 180 références scientifiques sur les hyper fréquences. Il intéresse à la fois les utilisateurs exposés en champ proche" et les populations exposées en "champ lointains". Editions Marco Pietteur Roger Santini.
Environnemental Building News vol3 N°2 RRI Box 161, Brattleboro, VT 05301 USA Tel (802) 257-7300 FAX 257-7304
Richard L. Crowther architecte et Andrew Michrowski. Association planétaire pour l’assainissement de l’énergie. Tel (613) 236 6265.
CRIIREM 19 - 21 rue Talès de Millet 72000 Le Mans www.criirem.org (association dont le but est d'informer les citoyens par des mesures indépendantes et inopinées).
Les cahiers d'histoire : revue d'histoire critique (les physiciens dans le mouvement anti-nucléaire)
 

A éviter Les plafonds rayonnants électriques :

Mêmes inconvénients que les planchers chauffants électriques sur la santé avec en plus les mêmes effets de rayonnement thermique que le soleil qui chauffe les surfaces et pas les volumes. (avec un coût non négligeable de 40 à 50 € le m2). Effets corporels : vos oreilles deviennent rouges mais vos orteils restent glacés.

Les plinthes rayonnantes électriques :

Il existe des plinthes chauffantes électriques, simples à installer, mais qui en plus des inconvénients du plafond rayonnant cumulent les inconvénients des agencements des meubles dans les pièces : systèmes peu recommandables.

 

L'électricité La sécurité électrique :

panneau_risque_danger_electrocution.jpg

L'électricité tue ou blesse, 4000 électrisations sont enregistrées par an en France.

 
L'électricité  Les risques électriques.

Voir article sur les risques électriques dans Guide de l'habitat

L'électricité  Les risques sur la santé (rayonnement électrique 50 hertz).

Voir article sur Les champs magnétiques dans Guide de l'habitat

 

L'électricité  Les avantages de l'électricité.

 
Avantages

Souplesse d’utilisation.

Propreté apparente

Installation facile du matériel de chauffe.

Variété de types de chauffage (chaudière, convecteur, radiant, plafond rayonnant, etc.)

Installation peu coûteuse (convecteurs, radiants, plancher chauffant, ballon chauffe-eau)

Production de l’électricité hydraulique 11 à 5 % (suivant les différentes sources)

Tarifs de l’électricité régulés par l’État.

 

L'électricité Les inconvénients de l'électricité :

Inconvénients
Coût d’exploitation très élevé pour l’usager et pour le contribuable.
Rendement égal à 0.3 si l’on considère les déperditions entre le lieu de production et l’utilisateur
Origine de la production d’électricité polluante (nucléaire entre 85.7 et 78.1 %)
Production pendant les pics de consommation polluante (centrales fioul-charbon)
Augmentation prévisible des prix (harmonisation avec les autres pays européens)
Augmentation prévisible des prix (hausse de l’uranium et des coûts de production)
Coût prévisible du démantèlement des anciennes centrales nucléaires.
Risques sur la santé dûs aux rayonnements 50 hertz des appareils électriques.

 

L'électricité Le prix du Kwh électrique 

NB :  Depuis le 1er juillet 2007, le marché de l'électricité est ouvert à la concurrence pour tous les clients particuliers...

Pour ces 2 barèmes voir tableau Tarifs de l'électricité dans le Guide de l'énergie

 

L'électricité Le prix du Kwh électrique comparé :

Accédez au comparatif des énergies

Comparez les différents prix des énergies en France sur le tableau ACQUALYS actualisé en permanence.

 

Voir tableau dans Guide de l'énergie ⇒ Les menaces dans les bâtiments ⇒ Tableau comparatif des énergies.(1).

 

(1) : Les informations et les prix (basés sur des relevés de marché) contenus dans ce document sont susceptibles d’évoluer, et sont fonction des marques choisies, des prestataires sollicités et de la réglementation applicable. Ils sont donnés à titre indicatif et n’engagent pas la responsabilité d'ACQUALYS.

 

L'électricité Les risques de l'usage de l'électricité « tout électrique » en matière de chauffage

Des risques liés à l'usage de l'électricité « tout électrique » en matière de chauffage existent. En effet, le chauffage à effet joule appelé « tout électrique » est contraire aux objectifs environnementaux de la France mais logique pour assurer l'après tout nucléaire. De nombreuses communications des principaux acteurs de l'énergie nucléaire et notamment Aréva ont eu pour but de donner au public le message suivant : pour baisser les émissions de CO2 des bâtiments il faut augmenter l’usage de l’électricité lié au chauffage.Le manque de réflexion et les lobbying des principaux acteurs axé uniquement sur l’énergie et non sur le  système de chauffage aboutit à des contre-sens ou à de fausses solutions.L’importance prise par le chauffage électrique direct en construction neuve pose ainsi deux problèmes majeurs pour atteindre les objectifs du Grenelle environnement : 

 Un contenu croissant en CO2 de la production d’électricité
 Un moindre potentiel d’accueil et d'appoint à des énergies renouvelables.

 

 Le contenu croissant de l'électricité en CO2

Le contenu croissant de l'électricité en CO2 est supérieur à celui des autres énergies: Le mix de production électrique actuel pour l’ensemble des usages de l’électricité semble faiblement émetteur de gaz à effet de serre mais en analysant les émissions de CO2 avec la méthode du contenu marginal et notamment dans le cas du chauffage,  l'ADEME et RTE ont analysé que l’électricité liée à l’usage chauffage émettait, en marginal, de 500 à 600g CO2 / kWh, soit un niveau en CO2 très supérieur à toutes les énergies fossiles, charbon inclus. Il faut noter que ces émissions de gaz à effet de serre continueront à évoluer au cours des prochaines années du fait de l'augmentation des usages en électricité (téléphonie, ordinateurs, box, Téléviseurs écran plats, domotique, etc).

 Un moindre potentiel d’accueil et d'appoint à des énergies renouvelables.

Le chauffage électrique est donc un frein au développement des énergies renouvelables : l’option du tout électrique n'est pas compatible avec leur diffusion alors même  que la part des énergies renouvelables devrait être développée dans le mix énergétique du chauffage. Le chauffage électrique direct ne permet ni la mise en place d’un fonctionnement multi-énergies intégrant les énergies renouvelables ni la substitution des énergies utilisées, c'est-à-dire la possibilité de changer plusieurs fois d’énergies pendant la durée de vie du bâtiment (un siècle en moyenne). Il ne peut accueillir qu’un petit nombre d’énergies nouvelles, alors que la France s’était fixée pour objectif d’augmenter de 50% la chaleur d’origine renouvelable d’ici 2013. Or, les choix d’aujourd’hui dans le bâtiment neuf engagent pour le siècle à venir et pour au moins 20 ans en ce qui concerne le système de chauffage et l'industrie nucléaire.

2008 à été l'année d'une intense communication de la part d'EDF qui a accentué la part de marché du chauffage électrique dans les constructions neuve. La part de marché du chauffage électrique a atteint 73% (63% de chauffage électrique direct et 10% de PAC air-eau ou air-air). Le chauffage électrique dit « chauffage direct effet joule » inclut les solutions de chauffage telles que les convecteurs, les panneaux radiants et les planchers ou plafonds rayonnants qui représentent la grande majorité de ces installations. Le faible coût d’installation des convecteurs incite souvent les décideurs à opter pour ce système de chauffage, ce qui est dommage pour les propriétaires bailleurs qui offrent des logements énergivores en terme de coût à l'exploitation. 2010 a été l'arrêt du développement des pompes à chaleur (baisse et annulation du crédit d'impôt).

 
L'électricité Énergie nucléaire : Le consommateur financera la modernisation du parc

    

Les pompes à chaleur ont permis à EDF de développer fortement la part de l'électricité dans les constructions neuves.

 

Pendant plusieurs décennies, bénéficiant de l’effet tout nucléaire, les Français ont payé leur KWh électrique moins cher que leurs voisins européens, bénéficiant du bas coût de production du nucléaire. La loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité prévoit qu'EDF devra céder à ses concurrents le quart de sa production nucléaire à prix coûtant. Un spécialiste de l'énergie chez Deloitte Jean-Michel Gauthier a déclaré : « En tenant compte du traitement et du stockage des déchets, le coût de production complet d'un kilowattheure d'électricité nucléaire est de l'ordre de 33 à 35 euros ». Ce tarif est jugé trop bas par EDF qui souhaiterait y intégrer le coût des investissements nécessaires à l'allongement de la durée de vie des centrales. Le parc nucléaire français, construit dans les années 50, arrive en bout de course. La remise en état du parc devrait coûter 400 à 600 millions d'euros par tranche. Le président de Direct Énergie Xavier Caïtucoli a déclaré : «  C'est le flou le plus total. EDF s'amuse à agiter le chiffon rouge pour alourdir la facture ». Les installations récentes vont coûter encore plus cher, car par exemple, pour l'EPR,  nouvelle centrale nucléaire en construction à Flamanville (Manche), le coût de production du mégawattheure serait proche en théorie de 50 euros, soit 40 % de plus que celui d'une ancienne centrale nucléaire, en pratique, les coûts devraient s'envoler.

 
Principe de fonctionnement  Autres articles sur les pompes à chaleur :

 

Les pompes à chaleur : Les autres sujets.

 

 Accédez à la partie encyclopédie ACQUALYSAccédez à la partie diagnostic et conseil

ACQUALYS vous apporte des conseils pertinents sur tout ce qui concerne l'habitat, les solutions durables et les énergies d'avenir. ACQUALYS réalise un diagnostic personnalisé qui tient compte de vos besoins, de vos envies, de vos contraintes techniques et, bien sûr de vos possibilités financières. ACQUALYS réalise également une évaluation thermique globale du bâtiment qui est une démarche préalable aux travaux, destinée à identifier les interventions prioritaires et les sources d'économies potentielles. ACQUALYS vous offre la solution la mieux adaptée, chiffre votre projet, optimise votre budget et vous met en relation avec des professionnels du bâtiment sélectionnés qui vous proposent un devis (chauffage, isolation, énergie) sur la base des préconisations d'ACQUALYS et s'engagent sur des exigences techniques et de qualité pour assurer le bon déroulement de votre projet.

 
Dernière modification : 21/06/2013 - 13:35

Commentaires

Commentaires

Commenter cette page

Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion