Chauffage

Les Français et leur choix de chauffage pour l'habitat

Depuis le 1er janvier 2013, le choix du type de chauffage dans le cadre d’un logement à basse consommation d’énergie revêt une très grande importance, car la norme RT 2012 se situe en moyenne à 50 kWhep/m²/an (la norme passive Passivhaus se situe à 15 kWh/m²/an). Quelle énergie et quel système choisir pour concilier économie, confort et environnement ?

Le chauffage enjeu économique, social et écologique 

Le choix de son mode de chauffage (1) est un élément déterminant dans le budget d'un ménage. Le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire représentent actuellement entre 60 et 75 % de leur facture énergétique pour des logements classiques (2).

Il est toutefois possible de construire (si le budget le permet) en visant les 30 kWh/m²/an afin d’économiser sur le réseau de chauffage en passant par une VMC double flux ou VMI.
Cette option n'est pas possible si l’on envisage de passer par une VMC simple flux hygro A ou B. A partir de 35 kWh/m²/an, il est possible également de distribuer l’air chaud par une VMC double flux ce qui entraine des économies de construction non négligeables. Dans le cas contraire (consommation supérieure à 35 kWh/ m² /an, cas d'une majorité de constructions) il sera judicieux de s’orienter vers des radiateurs ou un plancher chauffant basse température à vecteur eau chaude. La construction d'une maison basse consommation sans récupération de la chaleur sortante de la ventilation est à proscrire. Dans un premier temps, il faut prévoir le niveau d’isolation prévu pour la maison.

(1) Le chauffage est également un enjeu environnemental, c’est une source importante de rejets qui peuvent altérer aussi bien la qualité de l’air que les conditions climatiques. Ainsi, 81% des émissions de CO2 issues des résidences principales sont liées au chauffage.

(2) Pour les foyers les plus modestes, ces deux postes occupent une part de plus en plus conséquente de leurs revenus : selon l’INSEE, 3,4 millions de ménages (soit 13 %) consacrent plus de 10 % de leurs ressources à payer leurs factures de chauffage.

La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) avait pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu’ils soient destinés à l’habitation (résidentiel) ou pour tout autre usage (tertiaire). Mais la surchauffe des bâtiments est un problème, car l'étanchéité à l'air n'est pas liée à l'inertie thermique. Une ancienne maison en pierre reste plus fraiche par temps de canicule qu'une maison neuve construite en bois par exemple.

Conséquences :

Pour toute construction neuve, l’objectif énergétique sera de ne pas dépasser 50 kWhep/m/an (50 Kilowatts/heure d’énergie primaire par mètre carré et par an et jusqu'à 65 Kilowatts/heure d’énergie primaire par mètre carré suivant les régions). L’économie énergétique sera plus importante que toutes les réglementations thermiques depuis 30 ans ! La facture de chauffage devrait passer de 900 € en moyenne par ménage, à environ 300 € pour une maison basse consommation RT 2012.
Grâce à la future règlementation thermique RE 2020 puis RE 2025, les bâtiments neufs deviendront de plus en plus autosuffisants, car ils produiront plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Il faudra toutefois tenir compte des humains et de leur santé (le souci de consommation ne suffit pas).

Le parc du chauffage en France 

Le chauffage électrique est passé de 24 à 28 % de 1990 à 2010. En 2009, le chauffage électrique représentait 80% des systèmes de chauffage installés dans les logements neufs, soit une progression de près de 40 points par rapport à l’année 2000. Cette progression fait de la France le premier marché européen fonctionnant à l’électricité.
La raison de ce choix s’explique principalement par le faible coût des installations électriques, la communication d'EDF, les aides fiscales la facilité de mise en œuvre et l’entretien réduit pour tous les appareils bas de gamme (convecteurs, chauffe-eau électriques, etc.).

Le chauffage électrique, équipe plus de 8 millions de ménages et représente, pour les résidences principales, une consommation moyenne de 43,6 Térawatts/heure (TWh)2 et l’émission d’environ 7,8 millions de tonnes de CO2 par an.

L'électricité étant d'origine nucléaire en France, il est utile de garder à l'esprit qu'une centrale nucléaire consomme environ 18 millions de tonnes d'eau par an.
Depuis quelques années, d’autres systèmes se développent :

  • chauffage au bois,
  • pompes à chaleur électrique et à gaz, 
  • chaudières à condensation, 
  • chaudières électrogènes, 
  • chaudières hybrides,
  • chauffage solaire. 

Pour inciter les particuliers à investir dans les matériels les meilleurs sur les plans énergétique et écologique, le gouvernement a mis en place des aides financières.

Aucune solution de chauffage n’est idéale 

Aucune solution de chauffage n'est idéale ni écologique. Quel que soit le système choisi, il est primordial de réduire au maximum les besoins de chauffage du logement en veillant à la qualité d’isolation thermique du bâtiment, et à son exposition. En particulier, améliorer l’isolation avant de remplacer son installation de chauffage permet de réduire la puissance nécessaire et donc de limiter l’investissement.

Le mode de chauffage à privilégier dépend du type de bâtiment, de la zone géographique, de l’utilisation qui est faite du logement ainsi que du budget disponible.

Les bonnes questions à se poser 

Questions à se poser lorsque l’on souhaite remplacer ou installer un système de chauffage :
Questions à se poser lorsque l’on souhaite remplacer ou installer un système de chauffage pour faire des économies sur sa facture énergétique tout en respectant l’environnement. Faire installer, remplacer ou moderniser son système de chauffage impose de réfléchir à l’ensemble de la performance énergétique du bâtiment

Le choix de l’équipement se fait selon 5 critères 

  1. S’agit-il d’un chauffage principal ou d’un chauffage d’appoint ?
  2. Quels sont les besoins en matière de chauffage (surface du logement, nombre d’occupants, orientation du bâtiment, etc.) ?
  3. Quelles énergies peuvent être disponibles dans le bâtiment (y compris les énergies renouvelables) ?
  4. Quel est le budget disponible pour les travaux (compte tenu des économies escomptées sur le chauffage)
  5. Quel est le budget consacré au chauffage ?

Le solaire thermique et photovoltaïque doit se développer 

Le solaire thermique et photovoltaïque devrait logiquement se développer dans les prochaines années. Depuis le Grenelle environnement, l’énergie solaire a été prise en considération (après plus de 20 ans d'études en France sans volonté réelle de le développer).
L’arme législative (crédit d’impôt, prêts PTZ et éco-prêts, RT 2012) devrait permettre de développer des installations solaires. La réglementation 2012 impose pour toute maison neuve un niveau de consommation d’énergie primaire faible. C'est-à-dire que la maison sera obligatoirement conçue pour consommer un minimum d'énergie en France. De plus, et c’est l’avancée essentielle pour le solaire au sein de cette nouvelle réglementation, cette maison individuelle doit utiliser obligatoirement au moins une énergie renouvelable.

Enfin, et grâce à l’outil législatif, le solaire devra se développer réellement. Car outre la pompe à chaleur gaz et électrique, les chaudières à condensation, les chaudières électrogènes, les chaudières hybrides et l’énergie bois, c’est bien le solaire qui tirera son épingle du jeu aux économies d’énergie pour atteindre le niveau RT 2012. Le solaire thermique offre une valeur ajoutée indéniable et des économies correspondantes. Le poste eau chaude sanitaire représentant près de 50 % des 50 kWh/m² caractéristiques du bâtiment RT 2012.  Si dans une maison actuelle neuve RT 2012, la part chauffage est réduite, l’eau chaude sanitaire reste un poste lié au nombre d’usagers et à leur comportement.

7 raisons d'agir pour améliorer l'efficacité énergétique 

Il existe 7 bonnes raisons d'agir pour améliorer l'efficacité énergétique, Changer sa chaudière, poser des fenêtres à double vitrage, isoler les murs et la toiture fait partie des travaux d'amélioration de votre logement importants. Cette démarche éco responsable est primordiale pour votre avenir :

 Pour faire baisser votre facture d'énergie

 

En rénovant votre logement, vous diminuez votre consommation d’énergie et réalisez des économies importantes sur vos factures. En isolant, vous faites une première économie sur le prix de la chaudière ou du système de chauffage, car plus le bâtiment est isolé et plus la puissance donc le prix de la chaudière ou de l'équipement baisse.

Pour s'affranchir du prix des énergies

 


Les énergies renouvelables (eau, soleil, vent) sont disponibles gratuitement.
Les énergies classiques bois, gaz, pétrole, électricité utilisent des ressources limitées qu'il faut économiser. Aucune énergie n'est à l'abri, même le bois contrairement aux idées reçues. Une forêt doit être gérée durablement, car les excès actuels dans la biomasse peuvent rendre ce combustible bois énergie non écologique.

En maîtrisant votre consommation grâce à des équipements performants et adaptés, vous consommez moins et vous êtes beaucoup moins tributaires des fluctuations des prix de l'énergie.

 Pour bénéficier d'un crédit d'impôt

 

Pour bénéficier d'un crédit d'impôt renforcé appelé CITE (Crédit d'Impôt pour la Transition Énergétique).

Pour bénéficier d'aides et de primes

 


Les prêts aidés sont une solution pour financer une rénovation ou une construction écologique. Deux prêts aidés permettent de financer avantageusement des travaux de rénovation, d’achat ou de construction. Il s’agit de l’Eco prêt à taux zéro et du PTZ +.

L’éco PTZ est un prêt réservé aux travaux de rénovation énergétiques et ne peut pas être utilisé pour les travaux de construction. Pour bénéficier de l’éco prêt à taux zéro, il faut soit réaliser des travaux aboutissant à une amélioration de la performance énergétique globale du bâtiment.


Le PTZ+ sert à financer l’achat d’une première résidence principale, neuve ou existante.


Les certificats d’économie d’énergie CEE permettent d’obtenir une aide pour vos travaux d'amélioration énergétique du logement.

Les fournisseurs et les distributeurs d’énergie appelés « obligés » sont tenus par ce dispositif d’inciter leurs clients à adopter des technologies efficaces et à s’équiper de matériels performants leur permettant de réduire leurs consommations (électroménager performant, isolation, matériel de régulation du chauffage, chauffe-eau solaires, pompes à chaleur, etc.). Les grandes surfaces et supermarchés parce qu'ils distribuent du fioul domestique et du gazole entrent également dans ces obligations.

Les marques Auchan, Carrefour, E.Leclerc et d’autres ont mis en place un système permettant de récupérer des chèques-cadeaux jusqu’à un montant de 1500 euros contre l’achat de certains équipements (isolation, chauffage ou énergie renouvelables.)

Tous les énergéticiens comme Butagaz (pour les citernes) EDF (pour l'électricité), GDF Suez (pour le gaz naturel), Total (pour le fioul domestique),etc. octroient des primes encore supérieures pour chaque installation d'équipement de chauffage performant (Exemple chaudière à condensation ou hybride, etc.) ou de travaux d'isolation, etc.

 Pour améliorer votre confort et votre bien-être

 

Beaucoup de logements anciens et même récents (construits avant le 1er janvier 2013 date de mise en application de la RT 2012) sont mal isolés (Courants d’air, perte de chaleur, bruits, humidité, manque d'aération, etc.).

Eco-rénover votre logement et installer des équipements plus performants (une chaudière à condensation, une chaudière hybride, une pompe à chaleur, des fenêtres mieux isolées…), permet d'améliorer le confort de vie.

 Pour augmenter la valeur de votre bien immobilier

 

L'affichage de la performance énergétique (« Classe DPE », Diagnostic de performance énergétique) pour vendre un logement est obligatoire. En améliorant la performance énergétique de votre bien, vous augmentez sa valeur immobilière.

 Pour faire un geste pour l'environnement

 

Isoler, rendre étanche à l'air et améliorer l'efficacité énergétique des logements permet d'économiser les ressources, les matières premières et ainsi contribuer à la lutte contre les gaz à effet de serre et le réchauffement climatique.

Que choisir
Que choisir
Bois ? Granulés de bois ? Fioul ? Gaz ? Pompe à chaleur ?
Je m'informe
Sans Engagement

Commentaires
Cet article a été commenté 2 fois.
Comment isoler et quel chauffage placer dans une vieille ferme ?
Demande d'informations pour le chauffage et l'isolation des murs et des combles dans une ferme recouverte par une charpente bois et tuiles uniquement. Les 2 maisons sont accolées : l'isolation toiture de chacun des greniers en 2ème et dernier étage d'environ 60m2 au sol chacun accessibles par escaliers étroits. Personne âgée non imposable sur le revenu
Obtenir un minimum au minimum un coefficient de résistivité R=11
Les anciennes bâtisses sont construites généralement avec des murs épais qui ont beaucoup d'inertie l'été (les locaux restent frais). L’intérêt d'isoler les murs est limité compte tenu de l'investissement/amortissement. Pour le toit c'est différent. La chaleur radiative du soleil frappe les tuiles ou les ardoises et réchauffe les volumes. La chaleur issue du système de chauffage s'échappe en grande partie par le haut. Pour isoler le grenier, il faut mettre le maximum d’épaisseur d'isolant de façon à obtenir un minimum R=11. Un courriel explicatif avec des coordonnées d'entreprises sérieuses vous a été envoyé.
Commenter cette page

Tous les articles

Actualités

Dossiers

Conseils

Trucs et Astuces

Normes